Zoom sur la « Vénus d’Urbin » de Titien

Publié le 11 Janvier 2022
La Vénus d'Urbin de Titien

« La Vénus d’Urbin » a été peinte par le peintre et graveur italien Titien, en 1538 et commandé par Guidobaldo II della Rovere, duc d’Urbin.

Le tableau nous montre une belle jeune femme étendue sur un lit, avec sous elle, un drap blanc froissé. Habillée seulement de bijoux, elle est totalement nue et tient un bouquet de fleurs dans sa main droite. A l’arrière-plan, deux servantes s’affairent dans des coffres à la recherche, sans doute, de vêtements. La jeune femme regarde vers nous d’une manière intense et pénétrante, avec un petit sourire qui se forme au coin de ses lèvres. De sa main gauche, elle cache son sexe. Ce geste peut être interprété de deux manières différentes : fait-elle ce geste par pudeur, ou est-ce une invitation pour qu’on le contemple ? La jeune femme ici, semble refléter la véritable Vénus. Elle est d’ailleurs exposée comme une déesse : elle est nue, dans la lumière au premier plan, et représente le canon de beauté de l’époque. Autrement dit, elle est l’incarnation de la véritable beauté. Mais qui est la jeune femme peinte ici ? En réalité, le mystère perdure encore aujourd’hui et son identité demeure toujours inconnue.

Les symboles de cette œuvre 

Le tableau présente des symboles plutôt intéressants à analyser.

Le premier est celui du mariage. La jeune femme porte ses cheveux lâchés : à l’époque les Vénitiennes adoptaient cette coiffure le jour de leur mariage. Ensuite, trône à ses pieds, un petit chien, qui lui, est le symbole de la fidélité. Finalement le myrte en pot à l’arrière-plan représente le symbole de la constance. N’oublions pas de notifier le coffre derrière qui à l’époque, était un cadeau qui était offert aux jeunes mariés. Des symboles mythologiques font également leur apparition quand on analyse de plus près le tableau : les fleurs par exemple, attribut de Vénus et représentant une offrande sexuelle. Mais le petit chien endormi est également un symbole mythologique ! Dans le tableau de Titien « Danaé », la jeune femme a à côté d’elle, un petit chien endormi, alors qu’elle est train de se faire féconder par Zeus, transformé en pluie d’or. Alors, le petit chien de « La Vénus d’Urbin » est-il synonyme de luxure ou de fidélité ?

« La Vénus d’Urbin » est finalement, une toile avec de multiples interprétations. Représente-elle plutôt une scène de masturbation ? Ou alors plutôt une allégorie du mariage ? Dans tous les cas, la Vénus d’Urbin ne cesse de surprendre et de passionner. Et d’ailleurs, elle est le nu le plus copié par les artistes ! Goya avec sa « Maja vêtue », Vélasquez avec sa « Vénus à son miroir », sans oublier Manet avec « Olympia », qui fera énormément scandale dû à la représentation d’une prostituée.  

Envie de voir ce chef-d’œuvre de vos propres yeux ? Alors, il est de le voir au musée des Offices, dans la collection des Médicis, au côté d’un autre tableau de Titien, « Flore ».