Olympia, Edouard Manet, 1863

Publié le 23 Août 2021
©Musée d'Orsay

Saviez-vous que ce tableau peint en 1863 par Edouard Manet a longtemps été considéré comme le plus choquant de l’histoire de l’art ? Nous allons tout savoir de la retentissante affaire “Olympia”.


Aujourd’hui, quand on croise ce tableau au musée d’Orsay, difficile de comprendre ce qui a tant choqué. La nudité ? Non, dans l’art académique c’est très courant, particulièrement pour les scènes mythologiques.

Ce nu de Manet n’est pas celui d’une déesse mais d’une femme contemporaine. Pire, le bouquet de fleurs apporté par la servante est à coup sûr le cadeau d’un amant. Il s’agit donc d’une courtisane. Sa posture sur le lit, la main posée sur la cuisse, le regard provocateur renvoie le spectateur à sa situation de voyeur.
Manet explique innocemment qu’il s’est inspiré de la Venus d’Urbino du grand maître de la Renaissance Titien. C’est vrai, la ressemblance est frappante. Mais un autre détail enflamme les critiques.

Chez Titien, au pied de la déesse : un chien, symbole de la fidélité. Manet l’a remplacé par un chat au poil et la queue hérissée, qui évoque la sexualité débridée. Ça en est trop : le public enrage contre l’insolence du sujet. Le tableau est plusieurs fois attaqué. Le peintre veut représenter la réalité telle qu’il la voit. Non pas comme l’art académique l’interprète. Rare sont ceux à l’époque qui comprennent le génie de Manet.


Pour en savoir plus sur l'oeuvre, découvrez notre article sur Museum TV !