Où sont exposées les 5 œuvres majeures de Michel-Ange ?

Publié le 29 Avril

Particulièrement connu pour la merveille qu'il a réalisé sur le plafond de la Chapelle Sixtine au Vatican, Michel-Ange, avant d'être un virtuose du pinceau, était un sculpteur émérite. Mais savez-vous où vous aurez la chance d'observer ses 5 plus grands chefs-d'oeuvre de la sculpture ?

David (1501-1504)

La sculpture qu'à fait Michel-Ange du personnage biblique est la représentation la plus célèbre dans l'imaginaire collectif. Et pour cause, cette immense sculpture, de 5,17 mètres de hauteur est tirée d'un bloc de marbre blanc de Carrare, laissé à l'abandon par d'autres sculpteurs qui ne parvenaient pas à venir à bout de l'oeuvre. A l'origine, la sculpture est placée devant le Palazzo Vecchio puis est exposée, en 1873 dans Galerie de l'Académie de Florence. Pour les plus curieux qui souhaiterait savoir à quoi aurait pu ressembler l'entrée du Palazzo Vecchio à l'époque, une réplique du David y a été placée en 1910.

La Pietà (1498-1499)

Sublime représentation de la douleur de la Vierge pleurant son fils crucifié, la Pietà de Michel-Ange transcende tous ceux qui ont la chance de la voir. La Pietà, unique oeuvre signée de Michel-Ange, est à l'origine destinée à orner le monument funéraire du défunt roi Charles VIII dans la chapelle Santa Petronilla de l’ancienne basilique Saint-Pierre. Aujourd'hui, elle trône majestueusement dans la basilique Saint-Pierre actuelle, dont la construction fut entamée 7 ans après la réalisation du chef-d'œuvre.

Bacchus (1497)

Sculpture en marbre de l'artiste de la Haute-Renaissance, elle représente Bacchus, le dieu romain du vin de l'ivresse. Un changement de registre assez surprenant lorsque l'on observe la Pietà sculptée 2 ans plus tard ! Le célèbre Bacchus de Michel-Ange trône au musée national du Bargello à Florence, ville chère à l'artiste. Ce musée se situe au sein du palais du Bargello et jouit d'une des plus importantes collections de sculpture gothique et de la Renaissance.

L'Esclave mourant (1513-1516)

L'Esclave mourant est une sculpture destinée initialement à orner le Tombeau du pape Jules II, commandé par ce dernier en 1504. Avec la sculpture L'Esclave rebelle, elle devait faire partie d'une série de Captifs qui se tiendraient en bas du tombeau. Le tombeau, inachevé par Michel-Ange au moment de la mort du pape en 1513, finira comme cénotaphe (c'est-à-dire un  monument funéraire qui ne contient pas de corps) à la basilique Saint-Pierre-aux-Liens. Les deux sculptures, écartées en 1542 de la version définitive du tombeau, siègent aujourd'hui au Musée du Louvre à Paris. En effet, offertes en 1546 par Michel-Ange à son ami Roberto Strozzi en exil en France, ce dernier en fera don au roi François 1er. Tout comme Léonard De Vinci, Michel-Ange voit ses chefs-d'oeuvre loués par le monarque français.

Moïse (vers 1513–1515)

Comme l'Esclave mourant ou l'Esclave Rebelle, cette imposante statue fut commandée par Jules II pour orner son tombeau dans la basilique Saint-Pierre-aux-Liens à Rome. Contrairement aux deux sculptures d'esclaves, la monumentale statue de 2m35 de haut de Moïse ornera bien la version finale mais inachevée du cénotaphe.

© Jörg Bittner Unna