Pour vous rafraîchir pendant la canicule : Hockney et les piscines

Publié le 11/08/2020

Il faut chaud, très chaud. Pour vous donner un petit coup de frais, on vous emmène en Californie, dans les célèbres piscines de David Hockney.

David Hockney dans son studio

Quand on pense à Van Gogh, on voit les tournesols. Pour Monet, ce sont les nymphéas. Et pour David Hockney ? Les piscines.

Des teintes de bleu profond, les reflets de la lumière sur l’eau, des compositions aux lignes droites et une palette ultra colorée. Mais comment cet artiste britannique s’est-il retrouvé à peindre des piscines californiennes ?

California Love

David Hockney quitte son Angleterre natale dans les années 60. A des milliers de kilomètres de là, il rencontre la Californie et Los Angeles. Un coup de foudre immédiat. Un choc esthétique.

Loin de la grisaille britannique, il traverse les rues droites et géométriques bordées de palmiers de la Cité des Anges. Des plantes plus tard si souvent représentées dans ses toiles. A cette époque, le jeune David n’a que 30 ans et une grande soif de liberté. A Los Angeles, il découvre une vie sans contrainte, paisible, où il peut pleinement vivre sa sexualité. En Angleterre à la même époque, l’homosexualité est toujours illégale.

Dans cet ensemble de maisons colorées et de rues parfaites tout droit sorti d’une série américaine, une installation saute aux yeux d’Hockney : les piscines, si nombreuses dans cette ville. Très vite, il s’empare du sujet.

En un an, il réalise trois plongeons : « The Little Splash », « The Splash » et « A bigger Splash ». Des toiles qui s’arrachent aujourd’hui à prix d’or. Cette année, la seconde a été adjugée 27,4 millions d’euros dans une vente aux enchères à Londres.

Dans l’ordre : The Little Splash, the Splash et A Bigger Splash

Deux ans plus tôt, c’est la toile « Portrait of an artist (pool with 2 figures) » qui a battu tous les records, adjugé 90,3 millions de dollars. Une vente qui a hissé David Hockney au rang d’artiste vivant le plus cher au monde, avant d’être détrôné l’année suivante par Jeff Koons et son Rabbit à 91,1 millions de dollars.

Portrait of an artist (pool with 2 figures), David Hockney

Mais l’amour de David Hockney pour l’esthétique des piscines ne s’arrête pas à son atelier. En 1988, il s’attaque au fond de la piscine de l’hôtel Roosevelt à Los Angeles. Des courbes simples, qui ondulent sous le soleil californien au moindre plongeon et semblent prendre vie.

Piscine de l’hôtel Roosevelet à Los Angeles

En 2019 à 82 ans, David Hockney a quitté sa chère Californie pour la Normandie. Une région française que l’artiste connaît bien, dans laquelle il a régulièrement séjourné. Par ce déménagement, il se rapproche de la tapisserie de Bayeux dont il souhaite s’inspirer pour une prochaine réalisation. Pas certain que les piscines soient toujours d’actualité.

Tapisserie Bayeux

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…