Eli Rezkallah et ses pubs détournées.

Publié le 23/08/2018

Quand la rédac trouve la possibilité de râler, elle râle. (Parce qu’on aime bien ça et qu’une étude a prouvé récemment que « râler augmenterait l’espérance de vie. »)

On ne râle pas tout seul, mais aux côtés d’Eli Rezkallah, un artiste qui s’est amusé à détourner les publicités sexistes des années 1950.

détournement de pubs sexistes

@ Eli Rezkalla

Et ça tombe bien, parce que ce weekend, c’est une programmation 100% années 50 que vous propose Museum.
C’est dingue cette coïncidence, à croire que c’est fait exprès…

Ce n’est plus un secret, ce sont les femmes qui règnent sur le monde. Parce qu’elles sont plus courageuses, plus patientes et surtout plus belles. Certains ne sont pas encore au courant, mais ça ne serait tarder.

En 1950, ce n’est pas le même discours…
Eli Rezkallah, photographe libanais s’en amuse en inversant les rôles des publicités de 1950.

Son projet, « In A Parallel Universe », Eli nous permet de réaliser que, même si cette guerre est loin d’être terminée, on en a fait du chemin !

détournement de pubs sexistes

@ Eli Rezkalla

détournement de pubs sexistes

@ Eli Rezkalla

détournement de pubs sexistes

@ Eli Rezkalla

détournement de pubs sexistes

@ Eli Rezkalla

détournement de pubs sexistes

@ Eli Rezkalla

détournement de pubs sexistes

@ Eli Rezkalla

Peut-être que dans 70 ans, on regardera les publicités d’aujourd’hui et on se moquera des femmes qui courent à moitié nues dans la rue pour attraper une bouteille de parfum.

Mais cela est un autre débat.

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…