"New York Office" de Edward Hopper

Publié le 31 Mars 2021
"New York Office" de Edward Hopper

Dis Edward Hopper raconte-moi une histoire… New York Office est réalisé en 1962 par Edward Hopper.

Portrait de Edward Hopper (1937)
© Harris & Ewing Collection, Library of Congress


Les tableaux du peintre américain sont comme des instants suspendus : Il peint des scènes de tous les jours, mais il y a toujours quelque chose qui nous intrigue. D’où vient ce mystère, cette atmosphère si particulière ? De ces lieux épurés, peints avec des grands aplats de couleur, de ses personnages isolés, des angles de vue singuliers, de ses lumières qui déforment les ombres…

New York Office, Edward Hopper (1962)


Mais revenons à l'œuvre qui nous intéresse aujourd'hui. Un bureau ? On dirait plutôt la vitrine d’un magasin, et le personnage féminin ressemble à un mannequin… Mais non, cette femme en robe bleue a un papier dans les mains, un téléphone devant elle. Il s’agit d’un bureau new-yorkais qui, avec sa grande baie vitrée donne directement sur la rue.
Le peintre a d’ailleurs mis cette vitre en valeur, en la plongeant en pleine lumière. Ce bureau est vide, on n’y distingue qu’à peine quelques silhouettes. Cette femme nous fait face, comme si nous l’observions de la rue, par effraction, en étant de l’autre côté du trottoir. Dans un instant suspendu, presque indiscret. Grâce à la lumière qui détache cette femme du fond sombre, on la voit parfaitement.


Mais nous ne pouvons pas accéder à son univers : nous sommes séparés d’elle par un épais mur… de verre ! Hopper montre ainsi comment deux univers peuvent coexister, tout en restant isolés l’un de l’autre. C’est ce sentiment qui lui inspire les grandes villes et leur absence de communication.
Une toile d’Hopper, cela ressemble à une pause au milieu d’une séquence d’un polar américain … à vous ensuite d’imaginer le reste de l’histoire.