Riad Sattouf : la chronique du réel

Publié le 6 Juillet

Les Cahiers d'Esther, l’Arabe du futur, Les Beaux Gosses ou encore Jacky au royaume des filles… Depuis ses premières planches, dans les années 2000, Riad Sattouf triomphe en BD et dans les salles obscures. Bien plus qu’un dessinateur, c’est un observateur qui s'intéresse au monde qui l’entoure. 

Riad Sattouf à Angoulême en 2017
© librairie mollat

Ses premières chroniques du réel datent de 2007 avec La Vie secrète des jeunes. Interpellé par des scènes de la vie quotidienne dans la rue ou dans les transports en commun, l’artiste les reproduit dans ses colonnes. Tout au long de sa carrière, il est fasciné par le comportement de la nouvelle génération. Nouvelles insultes, argot ou néologisme, Riad Sattouf entend tout, et retranscrit ce nouveau langage dans ses bandes dessinées. Des Cahiers d'Esther à Pascal Brutal, l’univers de Riad Sattouf est truffé de personnages iconiques. A travers ses héros, c’est un miroir de la jeunesse qui est dépeint par le dessinateur. 

Retour au collège, Riad Sattouf
© open products facts

Avec ses baskets et ses gros bras, Pascal Brutal est sans doute le personnage le plus trompeur de Riad Sattouf. A mi-chemin entre la caricature et le stéréotype. A travers ce personnage, il rend compte d’une préoccupation des jeunes garçons : faut-il être virile et comment l’être ?  Ce rapport fille/garçon est la clef de compréhension des chroniques du réel du dessinateur. On le retrouve comme un fil conducteur à travers tous ses albums.

Riad Sattouf raconte ce moment de transition entre le monde des enfants et celui des adultes. Il dessine avec justesse ses moments de doute et de questionnement.