5 anecdotes sur Magritte

Valentine Legrand
Publié le 26 Novembre 2021
5 anecdotes sur Magritte

En novembre, le surréalisme est à l’honneur sur Museum TV ! A cette occasion, nous vous proposons de découvrir 5 anecdotes sur le célèbre peintre surréaliste René Magritte

1) Une enfance difficile et un décrochage scolaire 

Né dans une famille instable, Magritte grandit avec sa mère et ses deux frères Raymond et Paul.  

À ses 13 ans, sa mère se suicide en se noyant dans la Sambre. Puis, il abandonne l’école à 15 ans et fréquente des prostituées mais pour répondre à un questionnement intérieur, il s’inscrit quelques années plus tard aux Beaux-Arts de Bruxelles. 

Le suicide de sa mère est un réel traumatisme pour Magritte. Mais il n’en parle à sa femme Georgette que des années après leur mariage.  

Pour certains, son tableau Les Amants serait à l’image de sa mère retrouvée le visage recouvert par sa chemise de nuit. Cependant, Magritte a toujours détesté que l’on psychanalyse ses œuvres et selon lui, l’art se suffit à lui-même.  

2) Il est passionné par la philosophie  

Alors qu’il réfute totalement la psychanalyse et les idées de Freud, qui fait son apparition dans les années 20, Magritte est grandement passionné par la philosophie. 

Ainsi, il discute de son œuvre La trahison des images, « Ceci n’est pas une pipe » avec Michel Foucault en 1929.  

Dans chacune des œuvres du peintre, se cache une dimension philosophique. En effet, Magritte s’interroge sur le monde qui l’entoure et sur les objets du quotidien : sa peinture est une constante recherche existentielle.  

Dans les années 50, il échange des lettres avec Alphonse de Wealhens et Chaïm Perelman, philosophes qui enseignent la rhétorique et la logique. 

3) Il aimait provoquer  

Magritte est réputé pour sa personnalité complexe, pleine d’humour mais surtout pleine de provocation…  

En effet, au contact des surréalistes français qu’il jugeait « snobs », il accentue son côté belge en roulant les r. Le but ? Agacer Breton qui n’aimait pas son accent wallon.  

Mais il va beaucoup plus loin quand en 1948, il développe un style volontairement grossier et peint des personnages grotesques destinés à sa première exposition personnelle à Paris, l’objectif étant de défier le monde parisien. On appelle cette période, la période « vache ». 

4) Il aimait représenter le mystère  

Magritte aimait représenter le mystère dans ses œuvres. Ainsi, tous ses tableaux sont des formules mathématiques et deviennent la solution à un problème.  

« Mes peintures évoquent le mystère, et en fait quand quelqu’un voit un de mes tableaux, il se demande ‘Qu’est-ce que ça veut dire ?’. 

Cela ne veut rien dire, car le mystère ne veut rien dire, il est inconnaissable. » explique le peintre. 

La solution à ces formules se caractérise par la répétition de mêmes objets comme les rideaux, les fenêtres, les pipes, les chapeaux melon, les pommes, le ciel… 

5) Il donnait le même nom à tous ses chiens 

Magritte donnait à chacun de ses chiens, le même nom : Loulou. Selon plusieurs de ses proches, Magritte adorait ses chiens. 

Pour en savoir plus sur le génie qu’était Magritte, rendez-vous sur notre plateforme de streaming, pour découvrir un documentaire qui lui est dédié.