5 anecdotes sur l'impressionniste Edouard Manet

Publié le 22 Mai

Le peintre du sublime tableau « Déjeuner sur l’Herbe » Édouard Manet est l’un des plus grands peintres impressionnistes du XIXe siècle. Parisien, il a été influencé par sa ville natale, qu’il a d’ailleurs peint à plusieurs reprises. Museum TV vous présente 5 anecdotes méconnues sur le père de la peinture moderne.

Une vocation à être marin

Saviez-vous que Manet aurait bien pu ne jamais faire carrière dans la peinture ? Avant de devenir le grand maître du réalisme, Édouard Manet avait une prédilection pour le métier de marin, si bien qu’il s’engagea juste après avoir quitté le collège. Ce n’est qu’après deux échecs au concours de la Marine qu’il se dirigera vers sa vraie vocation de peintre.

Manet et les natures mortes

La Botte d'Asperge d'Edouard Manet, en 1880.

Même si ce ne sont pas ses toiles les plus connues, Manet a consacré énormément de temps aux natures mortes. Fleurs, fruits et poissons ont fait partie de ses modèles. Parmi ces tableaux spécifiques, il réalisa La Botte d’Asperges qui fut achetée plus cher que son prix. Manet, en bon samaritain, peindra une asperge seule et l’enverra à l’acheteur avec le mot suivant : “Il en manquait une à votre botte.”

La présence féminine obligatoire

A travers des écrits ou des témoignages sur Manet, on découvre un très grand amateur de la gente féminine. Malgré son engagement avec sa femme Suzanne Leenhoff, le peintre aurait multiplié les conquêtes féminines. Selon son ami Antonin Proust, même avec la maladie, “la présence d’une femme, n’importe laquelle, le remettait d’aplomb.” Mais cet amour pour la gente féminine causera sa mort puisque il décédera des suites d’une syphilis le 30 avril 1883. 

 Un grand respect pour Émile Zola

Portrait d'Emile Zola par Edouard Manet en 1868

Parmi tous les admirateurs du peintre, on en compte un assez spécial, qui n’est nul autre qu’Émile Zola ! Il a en effet toujours existé un respect et une admiration mutuelle entre les deux hommes. Zola fera souvent les louanges de Manet qui lui rendra la pareille en lui peignant son portrait en 1868.

La rivalité avec Gustave Courbet

Zola défendra Manet dans les moments de critiques, notamment suite à certains scandales. En 1865, lorsqu’il expose Olympia, qui représente une prostituée, Manet est très critiqué. Le réalisme de cette peinture lui vaudra la comparaison avec Gustave Courbet alors que leurs styles sont finalement opposés. Après cela, les critiques prendront à malin plaisir à mettre les deux artistes en opposition, s’en suivra alors une certaine rivalité.

Re(découvrez) le programme "Les grands maîtres de la peinture : Edouard Manet" sur la plateforme de streaming de My Museum !