Van Gogh : l’histoire de son amitié avec Paul Gauguin

Publié le 10 Février

 Van Gogh et Gauguin formèrent un duo inséparable pendant de longues années, liés par leur amour de la peinture. Retour sur l’une des amitiés les plus célèbres de la sphère artistique. 

"Van Gogh peignant des tournesols" Gauguin
"Van Gogh peignant des tournesols" Gauguin (1888)
© Van Gogh Museum, Amsterdam (Vincent van Gogh Foundation)

On ne présente plus Paul Gauguin et Vincent Van Gogh, peintres contemporains de la fin du 19ème siècle. Immensément célèbres pour leur art, l’un de son vivant, et l’autre après sa mort, les deux hommes furent intimement liés par leur passion commune pour la peinture qui fut le socle d’une amitié explosive durant plusieurs années.  

L’un français, l’autre hollandais, les deux hommes se rencontrent à Paris en novembre 1887.   

Appartenant au même mouvement pictural, le post-impressionnisme, ils décident communément de créer une communauté d’artistes avant-gardistes à Arles. C’est la naissance d’une véritable camaraderie entre les deux amis qui cohabiteront dans la “Maison jaune” que Van Gogh a loué durant l’année 1888. La demeure sera une source d’inspiration pour l’artiste hollandais qui peindra, en septembre de la même année, une toile éponyme.  

La Maison jaune" Van Gogh
"La Maison jaune" Van Gogh (1888)
© Van Gogh Museum, Amsterdam (Vincent van Gogh Foundation)

“ Gauguin est d’avis que l’art doit être porté par l’imagination, tandis que Van Gogh préconise une inspiration grâce à la nature.” 

Leur amitié, tantôt tendre, tantôt volcanique, fut le théâtre de nombreuses histoires qui sont aujourd’hui entrées dans la postérité, plus de 2 siècles plus tard.  

A commencer par la légende autour de l’oreille coupée du peintre. Si la version d’une auto-mutilation est retenue par l’imaginaire collectif, c’est une tout autre hypothèse que nous allons vous présenter aujourd'hui.  

La querelle qui a mis fin à leur amitié est de nature artistique. Après une rixe due aux opinions que chacun avait sur les sources d’inspiration de l’art, c’est la fin de cette coopération dans la maison surnommée l'Atelier du Midi

En effet, Gauguin est d’avis que l’art doit être porté par l’imagination, tandis que Van Gogh préconise une inspiration grâce à la nature. 

Lors de cette violente dispute, l’histoire retient que, dans un accès de colère et de folie, Van Gogh se serait lui-même tranché l’oreille. Il aurait tenté de l'offrir à Rachel, une jeune femme dont il s’était épris. Mais des professeurs universitaires allemands, Hans Kaufmann et Rita Wildegans, soutiennent la thèse selon laquelle c’est Paul Gauguin qui aurait tranché l’oreille de son compagnon de travail. Personne n’y était pour vérifier : le mystère reste entier !  

Celui que Van Gogh appelait affectueusement dans ses lettres son “cher copain Gauguin” a rendu un dernier hommage à son ami après son décès. En 1901 à Tahiti, il peint “Tournesols sur un fauteuil”, comme un clin d’œil aux fleurs jaunes, que son ami affectionnait tant, et dont il avait décoré sa chambre à l’Atelier du midi.  

Tournesols sur un fauteuil de Paul Gauguin
"Tournesols sur un fauteuil" Paul Gauguin (1901)