Rencontre avec Étienne Robial, le plus connu des graphistes français

Publié le 25/06/2020

Issu de la contre-culture, un poil rebelle, Étienne Robial a façonné l’identité visuelle d’une génération. Le logo des Inrocks, c’est lui ; l’habillage de Canal +, aussi. Rencontre avec un graphiste qui a bousculé les codes.

Rencontre avec Étienne Robial, le plus connu des graphistes français

Étienne Robial, un homme de l’ombre à la rétine extra sensible. Éditeur, graphiste et directeur artistique de canal + de 1984 à 2009, le co-fondateur du festival de la bande dessinée d’Angoulême est certainement celui qui a donné ses lettres d’or à l’identité graphique de l’audiovisuel en France.

« L’important c’est le carré. Pour moi c’est le format suprême, c’est l’équilibre ».

Étienne Robial, graphiste

Celui qu’on surnommé « Étienne au carré » aime beaucoup les formes géométriques avec lesquelles il ne cesse de d’amuser, qu’ils ne cessent de retourner. D’ailleurs, il vous dira qu’un carré posé sur sa pointe est loin d’être un losange… C’est un rhombe ! Une figure comme une illusion, qui apparait plus grand aux yeux de celui qui le regarde.

« Un beau logo c’est celui qui est immédiatement représentatif de la marque qu’il porte sur ses épaules » assure-t-il. Et il sait de quoi il parle. M6, les Inrocks, le PSG, le sept, le CNC, l’Équipe… Des logos tout droit sortis de son esprit et coincés dans les nôtres à tout jamais.

L’œuvre magistrale de Robial repose sur une vision globale de l’équilibre. Un regard qui a trouvé naissance dans sa passion de la contre-culture. C’est donc une note rebelle qui a donné naissance au style Robial. Et ça, on aurait pu s’en douter.

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…