Mondrian figuratif

Alice Blanquin
Publié le 30 Décembre 2020
Mondrian figuratif

À sa mort en 1944 aux États-Unis, Mondrian est considéré comme le maître de l'abstraction, à juste titre. L'histoire a laissé de côté son travail figuratif, dévoilé au musée Marmottan Monet.

Quand on pense à Piet Mondrian, on pense évidemment aux petits carrés rouges, jaunes et bleus. Pourtant, son talent dépasse largement le cadre de l’abstraction. Cela fait de lui un peintre aux multiples facettes.

Il a peint sa première œuvre abstraite à 47 ans. Pourtant, la figuration est loin d’être une œuvre de jeunesse... "On a longtemps cru que Mondrian était un peintre qui passait de la figuration à l'abstraction, du noir à la couleur. Néanmoins, quand on retrace son parcours de manière chronologique, on s'aperçoit que les deux coexistent" explique Marianne Mathieu, commissaire de l'exposition.

Exemple concret en 1912. Cette même année, il peint un portrait d’inspiration cubiste. Mais aussi un autoportrait réalisé au fusain, très figuratif.

Toute sa vie, Mondrian recherche, expérimente. L’important pour lui n’est pas la figuration ou l’abstraction, mais le sujet : "il va peindre la même chose toute sa vie, il va chercher à représenter l'essence, comment représenter quelque chose dont vous ne connaissez pas la forme... Progressivement, il déshabille la peinture, expérimente la couleur, le motif pour arriver à une peinture qui est dite abstraite mais qui a le même sujet".

Chaque matin jusqu’à la fin de sa vie, celui qu’on considère comme le pionnier de l’abstraction va peindre une rose. Comme quoi deux styles radicalement opposés, peuvent finalement cohabiter.