L'Estaque et ses peintres

Publié le 12 Juin 2021

L’Estaque ne vous dit peut être rien. Pourtant ce quartier au nord Marseille est au coeur de l’histoire de l’art moderne.

Des générations d’artistes s’y sont succédées pour peindre ce paysage exceptionnel. Trois courants artistiques majeurs sont associés à ce lieu : l’impressionnisme de Cézanne, le fauvisme de Derain et le cubisme de Braque.

Le premier à investir l’Estaque, c’est Cézanne, dans les années 1870. Parmi les oeuvres qui ont profondément marqué la mémoire : il y a son “Golfe de Marseille vu de l'Estaque”, peint en 1879. Sa technique, son cadrage tronqué, sa palette de couleur… Tout dans cette oeuvre fascine les peintres. Pendant des années, elle va les inciter à planter leur chevalet sur les rivages de l’Estaque.

Golfe de Marseille vu de l'Estaque, Paul Cézanne

Cézanne, le précurseur, puis Derain, le fauviste, immortalisent ce même paysage, des années plus tard. Derain y peint au début du siècle des oeuvres majeures telles que “La route tournante” ou “les trois arbres”. Explosive de couleur, elles marquent la naissance du mouvement fauviste.

Les trois arbres, André Derain (1906)

Georges Braque, lui aussi attiré par les peintures de Cézanne, débarque également à l’Estaque. En peignant ce quartier de pêcheur, il va pousser encore plus ses recherches picturales. On considère que le cubisme trouve ses origines dans ces paysages comme sur ce tableau peint en 1908.

Le viaduc à l'Estaque, Georges Braques (1908)

Aujourd’hui encore, les peintres de l’Estaque s'inspirent des maîtres de l’art moderne qui ont immortalisé ce village de pêcheurs, devenu un haut lieu de l’histoire de la peinture.