Zoom sur Hilma af Klint, pionnière de l'art abstrait

Publié le 17 June 2022

Si l’on considère Vassily Kandinsky, comme le fondateur de l’art abstrait, l’histoire de l’art reste entourée de mystères, qui s’éclaircissent parfois avec le temps. Ainsi est revenue sur le devant de la scène une artiste peintre, qui s'avère être la véritable pionnière de l’abstraction : Hilma af Klint. Une suédoise qui a réalisé en 1906 une série de peintures abstraites, soit 4 ans avant l’aquarelle de Kandinsky. Zoom sur Hilma af Klint, la pionnière de l’art abstrait.  

Une jeunesse troublante

Hilma af Klint est née le 26 octobre 1862 au château de Karlberg à Stockholm. Elle vit aux côtés d’un père officier de marine et mathématicien, et de ses 4 frères et sœurs. Intéressée elle aussi par les mathématiques, Hilma se montre rapidement très douée pour la création artistique. Elle suit notamment des cours de peinture. A 18 ans, elle entre à l’École technique artistique de Stockholm puis à l’Académie des Beaux Arts de Stockholm. Pendant cinq ans, elle apprend l’art du portrait et du paysage, et développe un art classique. Ses 18 ans sont aussi marqués par la mort brutale de sa sœur âgée de 10 ans. Cet événement tragique marque les prémices de son mysticisme : la jeune fille participe alors à des séances de spiritisme, afin d’entrer en communication avec sa défunte sœur.

Le spiritisme mêlé à l'art

Au cours de ses études, Hilma af Klint rencontre Anna Cassel. Avec trois autres femmes, elles forment de Fem (« les cinq »), un groupe d’artistes passionné par le paranormal. Depuis la mort de sa sœur, Hilma s’intéresse à la spiritualité et notamment à la théosophie et à l’anthroposophie, qui se mêle progressivement à son art. A travers des séances de spiritisme, « les cinq » cherchent à entrer en contact avec des esprits. Cette sensibilité aux choses spirituelles se développe progressivement devenant ainsi une source d’inspiration pour son art. Ainsi, Klint met en pratique les techniques apprises au cours de ses études en peignant des paysages traditionnels abstraits, traduisant la matérialisation de l’âme ou la géométrie de l’univers.

Une conception innovante

Elle réalise des œuvres comme Peintures pour le Temple, sur laquelle elle travaille pendant une dizaine d’années. C'est une œuvre composée de 193 toiles regroupées en sous-séries. L'artiste peint également une autre série : Les Dix Plus Grands réalisée en 1907, portent sur les quatre phases de la vie humaine : Enfance, Adolescence, Âge Adulte et Grand Âge. En 1909, Hilma rencontre l’anthroposophe Rudolf Steiner, qui l’initie à sa propre conception de l’art et influe sur ses créations. Hilma expérimente la « peinture automatique », qui signifie de se laisser guider par son subconscient. Elle explore l’abstraction tout en poursuivant sa quête de spiritualité à travers l’art.

Une consécration posthume

Klint a toujours été en avance sur son temps. Cependant, l'artiste a toujours caché son travail au grand public par peur d'être incomprise. A sa mort, en 1944, Klint laisse alors toute son œuvre à son neveu, Erik af Klint. Avant de mourir, l'artiste lui indique que ses oeuvres ne doivent pas être dévoilées avant 20 ans après sa mort. En 1985, ses œuvres sont présentées lors de l’exposition The Spiritual in Art au County Museum of Art de Los Angeles. Des tableaux exposés aux côtés de ceux de Kandinsky, Mondrian, et de Malevitch. Or, lorsque l’on se penche sur les dates de ses premières œuvres abstraites, on réalise que Klint était bel et bien en avance sur son temps, signifiant qu'elle est la véritable pionnière de l'art abstrait.

Pour plus de contenus sur l'art, rendez vous sur notre plateforme de streaming Museum TV