Ophélie de John Everett Millais, 1851-1852

©Tate Britain

Le peintre qui a réalisé cette toile est le plus jeune élève britannique à entrer à la Royal Academy. Voici Ophélia de John Everett Millais peint entre 1851 et 1852.

John Everett Millais est l’un des fondateurs de l’association secrète des préraphaélites, créée en 1848. 7 jeunes artistes veulent échapper aux conventions. Admiratifs de l’art primitif italien et nostalgiques du Moyen Âge, ils promeuvent le mélange des arts et de la littérature.

Ici, pour réaliser sa toile, John Everett Millais, s’inspire de la noyade tragique d’Ophélie racontée dans Hamlet de William Shakespeare.
Pour coller au maximum avec la réalité, Millais choisit un lieu similaire à la scène racontée dans Hamlet. Il y reste 5 mois pour reconstituer minutieusement le paysage. Les fleurs sont identiques à l’histoire : des renoncules et des pâquerettes.


Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, Millais utilise la même technique que celle des peintres du début de la Renaissance. Il couvre d’abord la toile d’une couche de peinture blanche. Avant que cette dernière ne sèche, il superpose ses couleurs.

Ce « fond blanc humide » donne une note lumineuse au tableau. L’artiste souhaite revenir au temps de la « pureté » picturale. La figure humaine est aussi importante que le paysage pour Millais.

Il choisit comme modèle Elizabeth Siddal. A l’image du destin tragique d’Ophélie, elle contracte une pneumonie en posant pendant des heures dans une baignoire d’eau glaciale. Le peintre trop absorbé par son travail ne s’en est même pas aperçu. Cette œuvre est aujourd’hui l’œuvre la plus populaire de la Tate Britain de Londres.

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…