L’incendie de la chambre des lords et des communes, William Turner, 1835

©Philadelphia Museum of Art

L’artiste qui a peint cette toile est aussi connu sous le surnom du “peintre de la lumière”. Voici L’incendie de la chambre des lords et des communes par William Turner en 1835.

Au mois d’octobre 1834, le Palais de Westminster, où siège le parlement britannique s’embrase. Le feu fait rougir le ciel londonien et fascine les habitants de la ville.

Il retient l’attention de quelques artistes, parmi eux, William Turner. Ce jour-là il loue un bateau et s’installe sur la Tamise qui borde le bâtiment en feu. Il fait des esquisses et des croquis de la scène.

Un an plus tard il réalise cette huile sur toile qui témoigne de sa maîtrise de la lumière. Considéré comme un précurseur de l’impressionnisme, Turner est doué pour faire figurer des atmosphères particulières dans ses toiles.

Avec son coup de pinceau, Turner ne fait pas simplement figurer un paysage sur la toile, il plonge le spectateur dans une ambiance hors du commun. C’est une des caractéristiques du courant impressionniste.

Ici on peut presque entendre les flammes consumer le bâtiment. Turner dévoile une autre caractéristique emblématique de son travail : la perspective. Il utilise le pont de Westminster pour donner de la profondeur au tableau. Il accentue l’horizon en installant au fond de la toile, les deux tours dorées qui surgissent des flammes.

Lorsqu’il peint ce tableau Turner est un artiste déjà adulé par la critique. Il est connu pour ses scènes navales aux éclairages envoutants. Ici, il confirme son statut de maître des lumières et de peintre avant-gardiste ayant aidé à amener l’impressionnisme sur le devant de la scène.

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…