« Le déjeuner sur l’herbe » de Edouard Manet

Ce tableau provoque à l’époque un immense scandale car il choque les bourgeois. Le déjeuner sur l’herbe est réalisé par Edouard Manet en 1863.


Ce tableau a été exposé au “Salon des Refusés« … là où sont présentés les oeuvres rejetés par le Salon officiel. Il vaut à Manet une réputation sulfureuse car cette scène scandalise. Deux hommes habillés de manière contemporaine sont assis à côté d’une femme entièrement nue. Obscène ! Juge t-on alors.


Manet s’est pourtant inspiré d’un tableau exposé au Louvre : Le concert champêtre. Peint par Titien, 3 siècles plus tôt, il ne choque pourtant personne alors qu’on retrouve également une femme nue assise à côté de deux hommes habillés. Mais il y a une différence de taille : chez Titien, la femme nue représente une allégorie, une idée… elle incarne la poésie, elle n’est donc pas réelle. Contrairement à Manet, où le réalisme de cette scène choque alors profondément : l’attitude naturelle des hommes et cette femme nue qui pose sans pudeur et défie du regard, le spectateur.

Le Concert champêtre de Titien (vers 1509)


Là encore Manet, joue avec sa grande culture classique : il s’est inspiré d’une gravure d’un tableau perdu de Raphaël, le Jugement de Pâris. On y retrouve exactement les mêmes positions des trois personnages.

Le Jugement de Pâris, Raphaël (entre 1514 et 1518)


En fait, Edouard Manet, s’est amusé à transformer des divinités en pique-niqueurs bourgeois… Histoire de dénoncer la grande hypocrisie de la bourgeoisie sur la nudité dans la peinture. OK pour les déesses antiques, interdite aux contemporaines. 2 ans plus tard, avec Olympia, Manet enfoncera le clou.


Lieu d’exposition : Musée d’Orsay

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…