« Le Cuirassier blessé quittant le feu » de Géricault

L’artiste qui a peint cette toile est une icône de la peinture romantique française. Le Cuirassier blessé quittant le feu est réalisé par Géricault en 1814.

Théodore Géricault par Horace Vernet (1822-1823)


Aujourd’hui, Géricault est surtout connu pour avoir peint en 1818, cette œuvre-monument exposée au musée du Louvre : Le Radeau de la Méduse.
La toile qui nous intéresse est moins connue et pourtant elle fait sensation lorsque l’artiste la présente au Salon de 1814. Cette œuvre grandeur nature témoigne de la veine romantique de son maître. Attachés aux valeurs identitaires nationales, les romantiques aiment peindre des symboles qui incarnent la nation. Comme ce militaire ici qui semble très inquiet, voir même effrayé. Cette sensation de peur transmise grâce à la peinture est une autre caractéristique du romantisme que le peintre manie parfaitement.

Mais revenons à la scène. Dans ce paysage sombre, le soldat fuit les flammes qu’on aperçoit en bas à gauche du tableau. Son cheval semble avoir été blessé comme l’indique la fumée qui se dégage de sa patte gauche.
Il est en train de fuir la bataille. Une scène nouvelle pour l’époque. Habituellement les peintres montrent les militaires sous un jour héroïque. Cette œuvre est en fait symbolique. Elle incarne la débâcle des armées napoléonienne face à la coalition lors de la campagne de France en 1814. Une défaite qui pousse Napoléon à l’exil et signe la fin de l’Empire.
Avec cette figure du soldat effrayé, Géricault illustre la désillusion qui a gagné les jeunes générations lors de la chute de l’Empire.
Ici l’art raconte l’histoire !

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…