« Guillaume Tell » de Salvador Dalí

Cette oeuvre peinte en 1930 est un tableau majeur de la période surréaliste du célèbre peintre à la moustache. Salvador Dalí est l’auteur de « Guillaume Tell ».


« Guillaume Tell, c’est mon père ! », déclare Dalí en 1974. Mais un père peut en cacher un autre. Et en effet, on le voit bien ici, c’est la figure paternel que l’artiste a voulu représenter sous les traits du héros légendaire suisse.
C’est donc une oeuvre autobiographique que l’on est en train d’observer. Regardez la figure du père. Elle est menaçante et entourée de mâchoires d’animaux. Il exhibe fièrement son sexe et dans sa main gauche : une paire de ciseaux, symbole de la figure castratrice. Il affirme ainsi son contrôle sur le désir de son fils. Le pauvre Salvador est tellement apeuré qu’il se cache le visage. Avec ce tableau, l’artiste trouve un bon moyen de régler ses comptes avec son père, violemment opposé à son union avec Gala Éluard, ex femme du célèbre poète français.

Dalí en 1965


Guillaume Tell est donc le symbole de la relation père/fils. Un thème qui a dû beaucoup tracasser le jeune Dali à en croire cette toile.

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…