« Galatée » de Gustave Moreau

L’artiste qui a peint cette toile est un peintre symboliste qui a un faible pour le mysticisme… Galatée est peint par Gustave Moreau en 1880.


Portrait de Gustave Moreau par Robert Jefferson Bingham (vers 1865)


Moreau peint ici la 12e fable du livre des 13 métamorphoses d’Ovide. Ce tableau raconte la jalousie du cyclope Polyphème devant l’amour qu’éprouve Galatée pour le berger Acis. C’est la Belle et la Bête en peinture.
Pour réaliser cette toile Gustave Moreau s’inspire de deux grands chefs-d’œuvre. Le Triomphe de Galatée de Raphaël et Le Polyphème de Sebastiano del Piombo.


Il se concentre sur l’opposition entre la laideur et la beauté, l’amour et le dédain, l’ombre et la lumière… Le cyclope est sombre, presque caché il incarne le rejet. Tandis que la nymphe, désirable, est parfaitement mise en lumière. Les deux personnages aux proportions différentes et la présence de ces plantes aquatiques nous plongent dans une œuvre fantastique et féérique. On nage en plein symbolisme.
Cette peinture en est d’ailleurs un des plus grands chefs-d’œuvre. Gustave Moreau réalise cette toile comme une antithèse de celles des peintres de son époque. Il s’oppose aux réalistes ou encore aux impressionnistes, qu’il déteste par-dessus tout.
À la manière de Fernand Khnopff ou de Redon, Moreau se veut être un assembleur de rêves.

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…