La musique s’invite au musée !

Du 15 juillet 2020 au 11 janvier 2021

Le spectacle d’un tableau ou d’une sculpture vous a-t-il déjà fait penser à une chanson ? Faire entrer la musique au musée, écouter la petite musique intérieure qu’évoquent les peintures, c’est l’idée originale et audacieuse du palais des beaux-arts de Lille, avec sa nouvelle édition de l’Open Museum.

Le parlement de Londres, Claude Monet

Quelle chanson vous évoque Le parlement de Londres de Claude Monet ? La mer, de Debussy ?… Ou Europe is lost, de Kate Tempest ?

Le Palais des beaux-arts de Lille s’est amusé à associer peintures et sculptures à des chansons de toutes les époques, et de tous les styles. Un projet qui peut paraitre titanesque… Pas tellement selon Régis Cotentin, conservateur : « le champ musical est tellement large, il y a tellement de propositions, tellement de styles, qu’on allait pouvoir créer des liens entre les œuvres, les salles, les collections et les musiques. »

Des thèmes communs

Art plastique et musique sont souvent séparés. Pourtant, les thèmes dont se se sont emparés peintres et sculpteurs ont aussi fasciné musiciens et compositeurs…

Les récits bibliques d’abord, comme dans le marbre de Donatello… Après avoir dansé pour le roi Herode, Salomé réclame la tête de Saint Jean-Baptiste sur un plateau… La même Salomé a inspiré le compositeur Richard Strauss pour un air d’opéra qui porte son nom…

Le festin d’Herode, Donatello

L’amour ensuite, même dans ses côtés les plus sombres. La Médée peinte par Delacroix, dévorée par la jalousie, est sur le point de tuer ses deux enfants…  Un sombre tableau, qu’on découvre à travers la voix de Clara Luciani et de son monstre d’amour…

Médée, Delacroix

L’ailleurs aussi. Dans son grand tableau « Intérieur de harem au Maroc », Benjamin Constant dévoile sa vision fantasmée de l’orient… Dans sa chanson, l’artiste Ouigoure Sanubar Tursun chante quant à elle la fierté de son peuple et son métissage culturel…

Intérieur de harem au Maroc, Benjamin Constant

Une expérience de visite transformée

En moyenne, un visiteur passe 28 secondes devant une œuvre dans un musée. Lors d’une visite en musique, ralentie par l’écoute de chansons de plusieurs minutes, l’expérience est complètement transformée « de façon à en profiter plus longuement, et peut-être découvrir combien les tableaux sont riches de détails, de compositions, de récits qui nous échappent habituellement ».

Une visite plus lente… Accentuée par des mises en scène installées au cœur du musée, comme une continuité des œuvres.

 L’objectif avoué de l’Open Museum, c’est d’ouvrir le musée à un public différent, peut-être moins habitué, qui ne se sentirait pas à sa place. Pour Valentine, étudiante en commerce qui découvre le musée, « les installations et la musique sont une clef pour comprendre et décrypter les oeuvres ».

Déambuler, s’allonger, écouter, bref prendre le temps au musée. Pour une visite qui s’effectue avec les yeux et les oreilles.

J’adore l’art, je m’inscris illico à la newsletter Museum

Oui, je veux tout savoir sur le monde merveilleux de l’art, être au courant des meilleures expositions du moment, des nouveaux programmes et des événements de la chaîne, recevoir des entrées gratuites pour les musées près de chez moi, gagner des livres d’art et des catalogues d’exposition…